voiturer


voiturer

voiturer [ vwatyre ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1270 intr. « aller en Terre sainte »; de voiture
1(1611) Vx Transporter; apporter. « Voiturez-nous ici les commodités de la conversation » (Molière) :apportez-nous les fauteuils.
2Mod. Transporter dans une voiture. véhiculer. « Leur table se couvrait de raviers bariolés et l'on voiturait un jambon dans sa conque de métal » (Chardonne). Spécialt Transporter (des personnes). Pronom. « Le meilleur carrosse pour se voiturer dans la vie » (Flaubert). Fam. Transporter, mener en voiture, en automobile.

voiturer verbe transitif Vieux. Transporter par le moyen d'un véhicule quelconque des marchandises, des gens. ● voiturer (synonymes) verbe transitif Transporter par le moyen d'un véhicule quelconque des marchandises, des...
Synonymes :
- véhiculer

⇒VOITURER, verbe trans.
A. — 1. Vieilli
a) Transporter des êtres animés, des objets. Les bouchers, avec de grands tabliers blancs, marquaient la viande d'un timbre, la voituraient, la pesaient, l'accrochaient aux barres de la criée (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 631). Chaque matin, il voiture [l'âne], d'un petit pas sec et dru de fonctionnaire, le facteur Jacquot qui distribue aux villages les commissions faites en ville (RENARD, Hist. nat., 1896, p. 98).
— Fréq. au passif. Puis les magasins d'eaux-de-vie, les dépôts de toutes les matières premières voiturées par la rivière, enfin tout le transit borda la Charente de ses établissements (BALZAC, Illus. perdues, 1837, p. 37). On saisit, dans un enfant porté à bras, cette juste proportion entre l'enfance, qui ne sait pas vivre, et l'humanité, qui garde l'enfance. Aussi voit-on partout (...) l'enfant heureux ou l'enfant dormant, transporté, voituré, aussi tranquille dans ce geste enveloppant que dans son berceau (ALAIN, Propos, 1925, p. 663).
P. plaisant. L'ardoise réglée, ils déambulaient le ventre tiède, à petits pas, de la démarche prudente de ceux qui voiturent une digestion (ARNOUX, Gentilsh. ceinture, 1928, p. 87).
b) Se laisser, se faire voiturer. Se faire transporter. [Les rémoras] se collent à eux [les navires] pour se faire voiturer sans fatigue (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 201). Dans une tranquillité parfaite, tels les petits de la sarigue, ils se laissent doucement voiturer (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 386).
c) P. anal., poét. Emporter, véhiculer sur une certaine distance. Cette poussière est si volatile, qu'elle s'élève aux sommets des plus hautes montagnes (...); broyée par la mer, échauffée par le soleil, et voiturée par les vents, elle renferme les premiers éléments de la végétation (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 229).
2. Littér. [P. allus. aux Précieuses ridicules, scène 9] P. iron. Apporter un objet à un endroit précis. V. commodité A 2 b rem. ex. de Morand.
3. Au fig. Véhiculer des faits, des idées. Cette influence, nous ne la recueillions pas seulement dans son œuvre. Toute la littérature de ces années-là la voiturait jusqu'à nous (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 76).
B. — 1. Transporter d'un point à un autre dans un véhicule roulant attelé, à bras ou automobile, des personnes, des objets. Synon. véhiculer.
a) [Le suj. désigne l'animé qui fait fonctionner le véhicule] Il me voiture d'une première à une autre, et crie bien haut que le théâtre l'assomme (COLETTE, Cl. ménage, 1902, p. 115). Vous passez en automobile et j'ai pas de quoi louer les chevaux pour voiturer mon fumier (HAMP, Champagne, 1909, p. 132).
En partic. Déplacer une personne dans un fauteuil d'infirme. Un domestique la voiturait [une dame âgée], aux minutes de soleil, dans un petit chariot roulant (BOURGET, 2e amour, 1884, p. 204). Transporter (un objet) sur un chariot, une table roulante. Aussitôt leur table se couvrait de raviers bariolés et l'on voiturait un jambon dans sa conque de métal (CHARDONNE, Dest. sent., III, 1936, p. 244).
Se faire voiturer. Se faire transporter quelque part. Une voiture au Caire est un luxe d'autant plus beau, qu'il est impossible de s'en servir pour circuler dans la ville, (...) le pacha lui-même (...) ne peut se faire voiturer qu'à ses diverses maisons de campagne (NERVAL, Voy. Orient, t. 1, 1851, p. 256). P. plaisant. S'aller voiturer. Se faire transporter dans un véhicule. N'empêche que c'est à moi que ça arrive, moi qu'étais si heureuse, si contente et tout de m'aller voiturer dans lmétro (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 14).
b) [P. méton. du suj.] Le fugitif, prenant le même chemin qu'avaient suivi les chariots qui voituraient son trésor, se dirigea vers la ville de Bourges (THIERRY, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 299). Dans sa chambre, comme dans le fiacre qui le voiturait de quartiers en quartiers, il eut le courage de s'interroger avec franchise (BOURGET, Crime am., 1886, p. 185).
2. Au passif. [Avec un agent animé non exprimé] Être transporté, véhiculé. Après ces montagnes (...), commencèrent d'immenses tourbières, où la tourbe était coupée, séchée, voiturée (MICHELET, Journal, 1834, p. 140). Les deux femmes voiturées laissaient paresseusement leur venir de grands et longs silences (GONCOURT, Mme Gervaisais, 1869, p. 156).
3. Empl. pronom. Se rendre quelque part, se déplacer. Il sera bon pour moi de converser quelque temps avec ce vieux gars que je me figure souvent se voiturant dans les rues de Paris, le cigare au bec (FLAUB., Corresp., 1839, p. 50).
REM. Voiturable, adj. Que l'on peut transporter, voiturer. Synon. transportable. [Madame de Tascher] est bien tourmentée de la santé de sa fille (...) Dès qu'elle sera voiturable, la mère l'emmènera en Italie par le Simplon (SAINTE-BEUVE, Corresp., t. 5, 1843, p. 219).
Prononc. et Orth.:[], (il) voiture [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1240-80 intrans. « faire le voyage de la Terre Sainte » (BAUDOIN DE CONDÉ, Contes dou pel, 305 ds Dits et contes, éd. A. Scheler, p. 11), attest. isolée; 2. 1543 trans. voitturer « transporter des objets dans un véhicule » (Comptes, devis et inv. du manoir archiépiscopal de Rouen, éd. L.-A. Jouen, 463); 1606 « transporter des marchandises ou des personnes dans un véhicule » (NICOT, s.v. freter). Dér. de voiture; dés. -er. Fréq. abs. littér.:40.
DÉR. Voiturage, subst. masc., vx. Transport par voiture et, p. ext., action de voiturer. C'est de plus une des denrées [le blé] les plus lourdes et les plus encombrantes comparativement à son prix; une de celles, par conséquent, dont le voiturage et l'emmagasinement sont le plus difficiles et le plus dispendieux (SAY, Écon. pol., 1832, p. 210). []. 1re attest. 1358 (Li contes des frais p. le nouv. cloque, V, A. Valenciennes ds GDF. Compl.); de voiturer, suff. -age.

voiturer [vwatyʀe] v. tr.
ÉTYM. 1611 au sens 1; 1270, v. intr., « aller en Terre Sainte »; de voiture.
1 Vx. Transporter. → 1. Air, cit. 19, La Fontaine. — Apporter. || « Voiturez-nous ici les commodités (cit. 5) de la conversation (les fauteuils) » (Molière).
2 Mod. Transporter dans une voiture. Carrosser (1.), charrier, véhiculer.Spécialt. Transporter (des personnes).Fam. Transporter dans une voiture (automobile).
1 Mais le pacha lui-même est obligé de tenir ses remises près des portes, et ne peut se faire voiturer qu'à ses diverses maisons de campagne (…)
Nerval, Voyage en Orient, Femmes du Caire, III, VI (1851).
Franç. d'Afrique (Tchad). || Être voituré : avoir un véhicule à sa disposition. Véhiculer.
Pron. || Le meilleur carrosse pour se voiturer dans la vie. → 1. Muse, cit. 9.
Par ext. Transporter (qqch.) dans une petite voiture, sur une table roulante, etc. Rouler.
2 (…) leur table se couvrait de raviers bariolés et l'on voiturait un jambon dans sa conque de métal.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 487.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • voiturer — Voiturer. v. act. Porter par voiture. On le dit principalement des denrées, des marchandises. Voiturer par mulets, par charroy, par bateau, ou navire, voiturer par eau, par terre. voiturer l argent des receptes generales au thresor Royal …   Dictionnaire de l'Académie française

  • VOITURER — v. a. Transporter par voiture. On le dit principalement en parlant Des denrées, des marchandises. Voiturer par mulets, par charroi. Voiturer par eau, par terre. Voiturer de l argent. VOITURER, signifie aussi, familièrement, Mener quelqu un dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • VOITURER — v. tr. Transporter par voiture; il se dit principalement en parlant des Denrées, des marchandises. Voiturer par mulets par charroi. Voiturer par eau, par terre. Voiturer de l’argent. Il signifie aussi, familièrement, Mener quelqu’un dans sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • voiturer — (voi tu ré) v. a. 1°   Transporter d une façon quelconque. Voiturer par mulets. Voiturer des denrées, des marchandises. •   Nous vous voiturerons par l air en Amérique, LA FONT. Fabl. x, 3. •   Pour l avoir sans relâche un an sur sa parole… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • carrosser — [ karɔse ] v. tr. <conjug. : 1> • 1828 au p. p.; de carrosse 1 ♦ Vx Transporter en carrosse. ⇒ voiturer. 2 ♦ (1928) Mod. Munir (un véhicule) d une carrosserie. P. p. adj. Châssis carrossé. ● carrosser verbe transitif (de carrosse) Donner du …   Encyclopédie Universelle

  • transporter — [ trɑ̃spɔrte ] v. tr. <conjug. : 1> • v. 1180; lat. transportare, de portare « porter » I ♦ Faire changer de place. A ♦ (Compl. concret) 1 ♦ Déplacer d un lieu à un autre en portant. Transporter un colis chez qqn. Transporter ses meubles,… …   Encyclopédie Universelle

  • véhiculer — [ veikyle ] v. tr. <conjug. : 1> • 1856; de véhicule 1 ♦ Transporter au moyen d un véhicule. ⇒ voiturer. Il nous a véhiculés jusqu à la gare. Fam. Se véhiculer : se transporter. 2 ♦ Didact. Constituer un véhicule (1o) pour (qqch.). Le sérum …   Encyclopédie Universelle

  • charriage — [ ʃarjaʒ ] n. m. • fin XIIIe; de charrier 1 ♦ Action de charrier. 2 ♦ (1905) Géol. Nappe de charriage. ● charriage nom masculin Action de charrier, de voiturer. Populaire. Action d exagérer ou de se moquer. Déplacement de masses de terrains… …   Encyclopédie Universelle

  • voiture — [ vwatyr ] n. f. • veiture « moyen de transport » v. 1200; lat. vectura « action de transporter », de vehere I ♦ Vx Mode de transport. « Les voitures d Orient se font par des bœufs, ou des chameaux » (Furetière). ♢ Par ext. Ce qui est transporté …   Encyclopédie Universelle

  • haquet — (ha kè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l s se lie : des ha kè z arrêtés ; haquets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m. Charrette longue, étroite et sans ridelles, qui sert à voiturer du vin, des ballots, etc. Ni …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.